top of page
  • Photo du rédacteurJanine

FeedingMaster: cette invention vaut son pesant d'or!

Nous avons reçu de Nienke de Jong l'avis détaillé ci-dessous, pour lequel nous la remercions vivement. Nienke et ses poneys utilisent le FeedingMaster depuis deux mois.


Avril 2021, Revue FeedingMaster par Nienke de Jong Il y a deux mois, j'ai acheté deux distributeurs de foin FeedingMaster. J'ai beaucoup réfléchi et je me suis beaucoup renseigné avant de le faire. J'explique ci-dessous pourquoi : j'ai trois poneys, deux islandais et un mini cheval. Cela a toujours été un casse-tête de leur fournir suffisamment de nourriture pour qu'ils ne restent pas trop longtemps l'estomac vide, tout en veillant à ce qu'ils ne grossissent pas trop.

Ma jument m'a en fait beaucoup inquiété dès l'achat; une combinaison impossible de facteurs a fait de l'alimentation un art supérieur. D'une part, elle a rapidement pris de l'embonpoint, d'autre part, les « périodes de jeûne » entre les tétées ont donné lieu à des problèmes d'estomac, le « besoin de manger » qu'elle résolvait en cherchant des choses comestibles dans le sable, ce qui lui a valu de développer des coliques de sable et d'être admise à deux reprises à la clinique.

La paille d'orge était bien tolérée mais faisait gonfler le ventre et était visiblement désagréable, de même que le fumier plus grossier. J'ai fini par nourrir mes animaux à l'aide de filets à mailles de 2 x 2 et j'ai dû continuellement me demander comment je les trouverais lorsque je viendrais les nourrir. Cela signifiait que je devais parfois quitter des réunions, des dîners ou d'autres sorties plus tôt pour me rendre à toute vitesse à l'écurie pour nourrir mes animaux.

Son ventre était souvent douloureux, ce qui signifiait également qu'elle ne pouvait pas placer ses membres postérieurs correctement et qu'elle tirait son dos vers le bas. Je ne voulais donc pas la fatiguer à ce moment-là. Les gens plaisantaient souvent en demandant si elle était enceinte. Mais c'était incroyablement triste. Elle était souvent léthargique, avait un « painface » (expression douloureuse sur le visage), des gaz fréquents, beaucoup de bâillements, un très mauvais caractère, terriblement insistante sur la nourriture et même parfois agressive.


J'ai vraiment dépensé des milliers d'euros en tests, médicaments, suppléments, et bien qu'il y ait parfois un soulagement.... les symptômes revenaient souvent rapidement. On m'a suggéré à plusieurs reprises d'envisager de m'en séparer. Honnêtement, cela me rendait triste de voir un si beau cheval lutter à ce point pour sa santé et je l'aurais certainement laissé partir par compassion lorsque les choses ne se sont pas améliorées. D'un autre côté, j'avais un hongre qui devenait gras de boue en regardant la nourriture. Je lui donnais toujours des lots analysés, et surtout un trempage supplémentaire pour éliminer les sucres. J'ai également parcouru QUATRE, BEAUCOUP de kilomètres. Mais même après des milliers de kilomètres, il restait une serpillière roulante. Cela a entraîné des complications métaboliques supplémentaires : sabots et peau. Le seul pensionnaire de l'écurie qui n'a pas trop de problèmes est mon cheval miniature. Jamais trop maigre, jamais trop gros, pas de problèmes digestifs et toujours joyeux. Quoi qu'il en soit, comment faire pour qu'un tel mélange soit sain sur le plan nutritionnel ? Et comment y parvenir avec un appareil ? J'avais un millier de questions et je les ai posées à Jan ainsi qu'à un de ses clients qui utilisait plus d'une poignée de ces appareils depuis un an. Il a fallu trois appels téléphoniques, puis j'ai fait le noeud.

Moins d'une semaine plus tard, j'avais installé les auges, et maintenant nous sommes deux mois plus tard et je ne saurais pas quoi faire sans le FeedingMaster.

Pendant la journée, les chevaux marchent ensemble et mangent dans l'auge de l'autre. La nuit, ils se tiennent séparément, chacun avec sa propre auge. Les choses ont changé de manière incroyable. Tous deux ont perdu un peu de leur poids excédentaire. Mais ce qui est vraiment frappant, c'est l'aspect de leurs ventres : calmes, souples, non ballonnés, peu de gaz. Ils sont tous les deux plus heureux et il n'y a plus de disputes autour du dîner. Ils sont également calmes parce qu'ils savent qu'il y aura toujours de la nourriture, alors ils s'étirent, jouent ou font des câlins et ne restent pas constamment près de l'appareil.

Le fumier est merveilleux, du foin vraiment bien mâché et digéré... pas de gros morceaux dans le fumier. Les nutriments sont également mieux absorbés, semble-t-il, parce qu'en termes de brillance et d'attrait visuel, ils sont plus beaux. Ce qui est également frappant, c'est le visage détendu, plus de tension à l'heure des repas... après tout, il y a toujours de la nourriture. Ma jument a repris le travail depuis la semaine dernière car elle déborde d'énergie. Quand je la vois s'arracher, elle place ses pattes arrière très bien en dessous et arque son dos sans effort. Je ne peux pas m'empêcher de regarder cela. Mon cheval miniature a gagné un pas et mange sans effort avec ses amis plus grands. Mon hongre a clairement perdu du poids et a l'air plus frais. Pendant toutes ces années, j'ai supporté de les nourrir plusieurs fois par jour, de ne pas partir en vacances lorsque cela ne me convenait pas, de toujours préparer des baveux avec des probiotiques, de l'huile et les choses les plus folles pour que tout fonctionne. Aujourd'hui, ils se portent comme un charme avec du bon foin et de bons granulés vitaminés.

Et pour être honnête : je dors mieux, je peux maintenant aller à l'écurie quand ça me chante et je n'y arrive plus avec un nœud à l'estomac. Quelle tranquillité d'esprit !

Je suis très reconnaissante à Jan et Janine d'avoir créé quelque chose qui peut vraiment faire passer le bien-être des chevaux au niveau supérieur. Les vétérinaires de l'UU, qui sont heureusement venus pour quelque chose d'inoffensif cette fois-ci, ont également été agréablement surpris par cet appareil et ont vu qu'il faisait vraiment du bien à mes chevaux. Entre-temps, plusieurs amis envisagent déjà d'adopter le FeedingMaster.

Le nombre de chevaux souffrant de problèmes digestifs (gastro-intestinaux), de problèmes métaboliques, de problèmes oesophagiens, ainsi que de problèmes mentaux dus au fait qu'ils ne peuvent pas satisfaire leurs besoins en pâturage est stupéfiant. Combien d'animaux ne pourraient-ils pas être aidés ? Le prix d'achat par rapport au bien-être, ainsi qu'au stress et aux frais de vétérinaire qu'il permet d'économiser, en vaut la peine. C'est qu'il n'y a pas de prix Nobel pour les inventions concernant les chevaux, sinon j'aurais proposé la candidature de Jan! Haha!

Σχόλια


Ο σχολιασμός έχει απενεργοποιηθεί.
bottom of page